Cet article reporte des doléances de gilets jaunes glanées sur le Net. Elles ne relayent pas forcément les positions des personnes administrant ce site. Pour autant, elles s'apparentent souvent à notre état d'esprit. 

Cette liste de doléances a été recueillie sur des sites qui, eux non plus, ne développaient pas les desiderata ainsi exprimés. 

Pour aller plus loin, nous nous efforcerons d'explorer, dans les onglets "revendications" de ce site, les thèmes qui nous tiennent le plus à coeur, au moyen d'argumentaires et de réflexion.

Pour l'heure, il ne s'agit donc ici que de survoler les volontés diffuses privées, par cette forme itérative, de l'argumentaire qui leur donnerait l'épaisseur qu'elles méritent parfois. 


Rétablissement de l’impôt sur la fortune (ISF)

Annulation de la Flat-Tax

Réactivation de l’Exit-Tax

Abolition de la niche Copé

Abrogation des dispositions d’économies. Pour 2018 : 5 Mds sur la sécurité sociale ; 3 Mds sur les collectivités locales ; 1,8 Mds sur les APL ; 1,5 Mds sur la politique de l’emploi.

Impôt sur le revenu davantage progressif (plus de tranches)

Mise en place d’un impôt pour tous et proportionnel aux revenus, puisque tous le monde utilise les routes, les hôpitaux, les écoles etc…. Il ne doit pas y avoir que 40% de la population qui paie l’impôt

Que les GROS (Macdo, google, Amazon, Carrefour…) payent GROS et que les petits (artisans, TPE PME) payent petit

Rétablissement la part entière et non d’une demi-part pour un enfant à charge d’un parent isolé

Revalorisation conséquente du quotient familial

Pas de prélèvement à la source La TVA (l’impôt le plus injuste qui soit) à 33% sur les produits de luxe

Refonte proportionnelle totale du barème des droits de succession

Revoir à la baisse toutes les taxes sur les carburants. Réduction de la TICPE

Taxation du fuel maritime et du kérosène pour les avions

Emploi et entreprises

Hausse des salaires

Augmentation du SMIC à 1300 euros net Salaire maximum à 15 000 euros/mois

Indexation des salaires, des retraites et des allocations sur l’inflation

Aide au retour à l’emploi ou à la reconversion professionnelle grâce à des formations efficaces et valorisantes

Augmentation des aides financière publiques pour l’embauche en CDI, en CDD ainsi que pour les contrats d’apprentissage

Développement du télétravail

Limitation du nombre de CDD dans les grosses entreprises

Fin du travail détaché. Tout salarié sur le territoire français a droit au même salaire et aux mêmes droits. Son employeur doit cotiser à la même hauteur qu’un employeur français

Titularisation des contrats précaires de la fonction publique

Respecter la parité homme/femme : alignement de la qualification et du poste occupé à rémunération égale

Embauche des personnes à mobilité réduite favorisée

Subvention aux entreprises souhaitant s’installer en banlieue ou en province

Suppression de la taxe carte bleue pour les commerçants

Faire en sorte que les Prud’hommes obligent un patron à s’acquitter de sa dette auprès de la partie adverse afin que celle-ci ne soit pas obligée de saisir le tribunal de commerce pour obtenir son dû. Huissier, avocat coûtent une fortune pour un salarié rémunéré au SMIC. En conséquence, souvent, à cause d’un patron qui organise son insolvabilité, le salarié doit se résoudre à abandonner ses droits à toucher ce qui lui est dû.

Création d’une cotisation patronale pour chacun des automates qui a remplacé un employé

Suppression des 3 jours de carences en cas d’arrêt maladie, pour les salariés du privé payés au SMIC. 3 jours sans rémunération sur un SMIC est insupportable !!

Annulation des lois travail dites « loi Macron » et « loi El Khomri ». Retour aux Instances de Représentation des Personnels CE, DP et CHSCT. Abrogation des barèmes de licenciements adoptés pour les prudhommes.

Plus de pouvoir de décision et droit des travailleurs dans leur milieu de travail, code du travail à revoir dans ce sens. Démocratie nécessaire en entreprise

Baisse des charges patronales Au-delà d’un seuil de 1M€/an l’émargement de salaire est réinvesti dans l’entreprise (la sienne ou une autre) ou versé à l’état (imposé à 100%)

Abrogation de la loi "Loi sur la liberté de choisir son avenir professionnel " notamment le Décret n° 2018-1335 du 28 décembre 2018 relatif aux droits et aux obligations des demandeurs d’emploi et au transfert du suivi de la recherche d’emploi qui est une attaque sans précédent contre les chômeurs, qui se verront obligés de répondre à des offres leur proposant des salaires inférieurs sous peine d'avoir leurs indemnités supprimées et contre les agents Pole Emploi, qui se trouvent investis d'une mission qui n'est pas la leur.

Remettre de l'équité entre le salaire et l'apport fournit à la société... Retrouver la noblesse de l'utilité des travaux méprisés

Le revenu universel

Pour

Oui au salaire de base, que l'on réfléchisse à ce système qui semble très prometteur et fonctionne déjà en test dans plusieurs pays. Arrêtons la valeur Travail, remplaçons la par la Valeur "bien-être"

Contre

Le revenu universel existe déjà, c’est le RSA. L’augmenter serait prendre le risque que les bas salaires quittent leur emploi pour profiter du système, quitte à faire un peu de travail non déclaré pour préserver son niveau de ressources

Retraites

Augmentation des retraites

Fin des régimes spéciaux.

Retraite au calcul identique pour tous

Le système de retraite doit demeurer solidaire et donc socialisé. (Pas de retraite à point)

Pas de retraite en dessous de 1 200 euros

Réindexation des retraites sur l’indice des prix

Retraite à 60 ans et pour toutes les personnes ayant travaillées dans un métier usant le corps (maçon, désosseur...) retraite à 55 ans

Commentaires   

+1 #3 Véronqiue DOUVILLE 07-02-2019 12:18
Suppression des 3 jours de carences en cas d’arrêt maladie, pour les salariés du privé payés au SMIC. 3 jours sans rémunération sur un SMIC est insupportable !!
Citer
+2 #2 Véronqiue DOUVILLE 07-02-2019 11:41
Faire en sorte que les Prud’hommes obligent un patron à s’acquitter de sa dette auprès de la partie adverse afin que celle-ci ne soit pas obligée de saisir le tribunal de commerce pour obtenir son dû. Huissier, avocat coûtent une fortune pour un salarié rémunéré au SMIC. Souvent, à cause d’un patron qui organise son insolvabilité, le salarié doit se résoudre à abandonner ses droits à toucher ce qui lui est dû.
Citer
+2 #1 BalaheNice 18-01-2019 23:54
abrogation de la loi "Loi sur la liberté de choisir son avenir professionnel " notamment le Décret n° 2018-1335 du 28 décembre 2018 relatif aux droits et aux obligations des demandeurs d’emploi et au transfert du suivi de la recherche d’emploi qui est une attaque sans précédent contre les chômeurs, qui se verront obligés de répondre à des offres leur proposant des salaires inférieurs sous peine d'avoir leurs indemnités supprimées et contre les agents Pole Emploi, qui se trouvent investis d'une mission qui n'est pas la leur.
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir